CANADA - USA: 1 866 399 8544
illustrations certifications

Démystifier les systèmes de certification papier

L’industrie forestière s’est dotée d’outils de certification pour une gestion durable de la ressource. La certification est même devenue une condition d’accès au marché. Cependant, avec la multiplication des systèmes de certification, les designers, créatifs, imprimeurs, manufacturiers et même les consommateurs ne savent plus où donner de la tête et en vient à s’interroger sur leur fiabilité. Comment se retrouver dans cette « forêt » de logos?

Certification forestière

TRI-logoOLe système de certification forestière prend de plus en plus d’importance dans l’industrie. Les certifications ont été présentées comme une des réponses aux pratiques d’exploitation forestière dommageables à l’environnement. Il s’agit d’un outil puissant pour promouvoir la protection de l’environnement dans une ère de libre-échange; Un instrument créé pour contrôler les pratiques et actions largement critiquées de l’industrie forestière; Un indicateur de mesure de la performance environnementale et; Un système qui permet d’identifier les forêts gérées dans un objectif de durabilité.

La certification forestière offre:

  1. Au consommateur: la possibilité de promouvoir la foresterie durable en achetant des produits bois dont la matière première provient de forêts certifiées
  2. Au client de l’industrie forestière: la possibilité de promouvoir les activités commerciales et de réduire les risques qui s’y rapportent
  3. Aux acteurs du secteur forestier : la possibilité de promouvoir la commercialisation des produits forestiers et d’améliorer leur image

Les systèmes de certification au Canada

Au Canada, 3 grandes normes crédibles en matière de certification forestière, de certification de la chaîne de traçabilité et d’étiquetage des produits:

  1. Association canadienne de normalisation (CAN/CSA Z809)
  2. Forest Stewardship Council (FSC)
  3. Sustainable Forestry Initiative® Program (SFI)

Les normes de la CSA et de la SFI sont reconnues par le PEFC, le Programme de reconnaissance des certifications forestières. Quant aux normes régionales du FSC au Canada, elles sont agréées par FSC International.

Même si ces normes diffèrent quant aux organes qui les ont élaborées etquant à leur optique, elles assurent toutes que leur mise en œuvre favorise l’Aménagement Forestier Durable (AFD). Il y a néanmoins des différences fondamentales: certaines d’entre elles ont été créées au départ pour s’appliquer aux terres privées, d’autres aux terres domaniales, et d’autres encore à un contexte international, où les droits sociaux ne sont pas toujours prévus par la loi.

Les avantages de la certification

  • Amélioration de l’image : la certification peut changer la perception des groupes environnementaux et du public concernant les activités et les pratiques de gestion de l’entreprise
  • Le maintien des marchés existants et l’accès à de nouveaux marchés : les entreprises certifiées bénéficient de la différenciation de leurs produits sur le marché
  • Ventes élevées (prix supérieur) : les études ont montré que les consommateurs adoptent des attitudes favorables envers les produits certifiés et qu’au moins un segment des consommateurs est disposé à payer plus pour ces produits
  • Valeur marchande supérieure (prime verte) : par l’adoption d’un système de certification, l’entreprise signale aux investisseurs son engagement de pratiquer une gestion durable
  • Meilleure relation avec les parties prenantes (crédibilité et légitimité) : la certification peut améliorer la crédibilité et la légitimité de l’entreprise

Les limites de la certification

  • Les coûts directs : dépendent de plusieurs facteurs tels que la taille et la complexité de l’opération et le coût de l’audit annuel. Dans l’ensemble, plus le système de certification est détaillé, plus il coûte cher et plus il est crédible.
  • Les coûts indirects : se réfèrent aux coûts associés au changement des pratiques de gestion, si nécessaires pour les besoins de la certification, de la mise en œuvre du plan de gestion, de la formation des personnels appropriés, etc., pour établir et maintenir la certification. Il peut inclure des exigences d’inventaire et de vérification
  • Identification et suivi de la chaîne de continuité : la comptabilité de la chaîne de continuité (COC) est particulièrement difficile pour des produits, tels que le papier, faits à partir de sources multiples.

 

BACK